Historique de l'hypnose

L’histoire de l’hypnose débute à Paris à la fin du 18ème siècle avec un médecin Viennois : Mesmer. La médecine occidentale va alors pour la première fois de l’histoire chercher à provoquer un état de crise, appelée « crise magnétique » et à utiliser cet état pour induire des changements de conduite psychiques. A ce moment de l’histoire, la crise est induite par l’administration d’un fluide par le magnétiseur. Elle génère une agitation spectaculaire permettant de lever des blocages internes, identifiés comme cause de maladies.

Les patients, lorsqu’ils sont dans cet état, peuvent communiquer oralement avec leur magnétiseur. De plus, ils apparaissent capables d’accéder à diverses capacités et connaissances accrues, cet état est aussi appelé «sommeil lucide».

De nombreux médecins adoptent cette technique et le magnétisme subit un essor rapide durant cette première phase de l’histoire.

Nous retrouvons un intérêt accrue pour l’hypnose à partir de 1930. La terminologie hypnose prend tout son sens au détriment de magnétiseur. L’hypnose s’impose comme ayant un potentiel intéressant dans la diminution des maux physiques, psychiques et psychosomatiques. Et c’est en 1950 que de grandes sociétés médicales reconnaissent l’hypnose comme une méthode diagnostique et thérapeutique.

Le psychiatre américain, Milton H. Erickson, à développer, moderniser, et même vulgariser les techniques pour les rendre accessibles à tous et pour de nombreux problèmes psychosomatiques et psychologiques.

    Vers 1880 en France, deux courants s’opposent :
    • Celui du neurologue Jean Martin Charcot, pour qui l’état hypnotique est un état hystérique ce qui donnera une image fausse et mauvaise de la technique.
    • Et celui du docteur Hippolyte Bernheim, qui réduit l’hypnose à la suggestivité, pouvant introduire une pensée positive et ainsi inhiber les émotions telles que l’angoisse, la tristesse ou la colère.

Sigmund Freud s’est intéressé de près à l’hypnose et l’a utilisé dans ses recherches sur le conscient/inconscient durant plusieurs années. Il a notamment étudié à l’hôpital de la Salpêtrière en 1885 et 1886 dans le service de docteur Charcot.

Aux USA, le psychiatre Erickson (1901-1980) réalise rapidement qu’en développant les techniques d’induction vers plus de suggestions logiques et moins de directivité, les sujets coopèrent aisément. Il développe donc des techniques de communications personnalisées à destination de chacun de ses patients. Ses suggestions sont ressenties comme des propositions auxquelles chacun est libre d’adhérer sans obligation. Il aide le patient à trouver des solutions dans son inconscient. Il oriente ses méthodes sur la résolution du problème. C’est une réussite surprenante tant par l’efficacité de la méthode que par sa durée relativement courte.

Dans le prolongement des travaux d’Erickson, l’hypnose ou nouvelle hypnose est, de nos jours, très orientée vers la recherche de la solution, même si la ou les raisons du problème ne sont pas toujours identifiées. Toutefois, bon nombre de personnes connaissent l’origine de leur difficulté et le praticien en hypnose va les aider à trouver la clé salvatrice.

Au XXIème siècle l’hypnose fait son entrée dans de nombreux hôpitaux et dans les blocs opératoires. Son efficacité n’est plus à démontrer.


Prendre soin de vous est essentiel. Quelque soit votre âge, de 4 à 99 ans, l'hypnose peut vous être d'une grande utilité.


OU

Cliquer ici
pour appeler directement le cabinet
ARCHE Psynapse NGH FFHTB SUP-H